Tout dans notre quotidien, notre éducation, notre vie de famille, tend à saper notre créativité. Pourtant, je suis convaincue que ce n’est pas une fatalité. Non, vous n’êtes pas condamnée à griller tous vos moments de loisirs en papillonnant sur les comptes Instagram des stars du DIY, du home staging et autres mumpreneurs glamour en vous disant … « si seulement ».

Dans cet article, je vais vous livrer mes secrets pour rester créative au quotidien. Comment fais-je pour résister au découragement qui guette et aux todo quotidiennes ? Vous savez, celles qui vous ensevelissent dans ces taches rébarbatives et chronophages qui nous bouffent littéralement la vie !

Ce n’est pas facile tous les jours. Mais je voudrais vous faire prendre conscience que tout se passe avant tout dans la tête. Voici donc une petite liste de ces pensées récurrentes qui nous empêchent d’être créatives. Dans cet article en forme de manifeste, je partage avec vous les tactiques que j’ai mises en œuvre pour lutter contre toute cette négativité et résister. Parce que la créativité ça se joue avant tout dans la tête !

Je ne suis pas manuelle

Tout commence dans l’enfance dit-on, à juste raison à mon avis. Combien de fois ai-je vu des jeunes femmes regarder mes productions et faire littéralement un pas en arrière en secouant la tête : « ah ce n’est pas pour moi … je ne suis pas du tout manuelle ». Le ton varie du gêné/envieux au revendicatif/un peu méprisant … mais au final … qu’est-ce que cela cache ? et surtout, d’où vient ce désolant mantra ?

Je dirais que l’école est coupable et complice dans l’affaire. Tout commence en maternelle où les journées sont rythmées par des ateliers visuels, graphiques, ludiques… et chlac ! Le couperet tombe en CP : fini de rire. Fini les dessins, ou alors dans le cahier de poésie… Si tu veux t’éclater avec des couleurs, du papier et des ciseaux, voit ça à la maison ou le mercredi après-midi au centre de loisir si tu as de la chance. Très vite, on enfonce dans le cerveau de nos enfants qu’être manuel c’est au mieux, accessoire, au pire, signe d’une défaillance cérébrale préoccupante … Réagissons !

Quand j’entends cette petite ritournelle je bous … que penseriez-vous de quelqu’un qui vous dise : « je déteste réfléchir ! Je ne pense jamais » ? … Allons, vous avez deux mains ? Il n’est pas honteux de s’en servir…ça fait même marcher le cerveau paraît-il et en plus ça lui fait du bien. Si, si ! D’autant qu’au bureau on ne cesse de vous assener qu’il faut être créatif, avoir des idées, « think out of the box » … Pourquoi être créatif en s’en tenant seulement  à l’abstraction ? C’est ce priver d’un moyen d’entrainement facilement accessible au quotidien. Je suis convaincue que plus on s’exerce à créer dans la réalité plus on a des idées sur d’autres sujets abstrait.

Donc ok, je ne suis pas manuelle … mais j’ai des mains !

Je n’ai aucun don, aucun talent, la créativité ce n’est pas pour moi

Alors là, je vous arrête toute de suite. Tous les arbres ont des feuilles ? Et souvent c’est celui qui dépasse de la canopée qui se prend la foudre, non? … Dans la vie, pas besoin d’être le plus doué, le plus fort ou le plus célèbre dans un domaine pour le pratiquer … vous faites du sport pour endiguer les capitons ? Vous ne vous arrêtez pas parce que ils n’ont pas voulu de vous au JO ? … Dans les arts créatifs, c’est pareil… c’est en pratiquant qu’on apprend et qu’on progresse … Mais attention à l’écueil inverse.

Je ne vais pas non plus vous dire qu’il faut avoir été potier ou relieur toute sa vie pour pourvoir pratiquer … cette tendance française à prêcher l’inaccessibilité de toute technique artisanale me hérisse… On n’est plus à l’école, encore une fois, ou dans le monde du travail … Sans diplôme ni CAP on peut quand même s’amuser pas mal et surtout apprendre ! La créativité n’est pas réservée à une élite de diplômés ou d’initiés … au contraire parfois !

Les autres font tellement mieux que moi

Là encore attention. Ma cousine germaine que j’adore est une artiste née. Lorsque, vers 7 ou 8 ans, nous dessinions de conserve pendant les vacances, je me rappelle les regards dépités que je jetais sur ses productions. C’est simple : si on dessinait toutes les deux une théière, la sienne venait de la Manufacture de Sèvres, la mienne tout juste de bazar du coin… Résultat : elle a fait l école Olivier de Serres et … j’ai fait une école de commerce et bien failli terminer ma vie active dans un bureau entre word et excel … Autant vous dire que quand elle prenait des cours de peinture, moi je buchais ma philo ou ma trigonométrie et que l’idée ne me serait même pas venue d’oser demander de suivre un cours artistique … passe ton bac d’abord …

Parents, attention ! Même au sein de la fratrie, vous aurez un dessinateur né, un comédien, un sportif, un matheux, un littéraire, un dégourdi, un rêveur … mais êtes vous certains que le rêveur aime rêver, que le matheux veut faire des maths ou que le sportif aime courir en short le dimanche sous la pluie ? … ne collez pas trop vite des étiquettes. Il faut féliciter les enfants pour leurs performances mais je pense qu’il faut passer plus de temps encore à leur demander ce qu’ils ont vraiment envie de faire, ce qu’ils admirent … Donc, oui, un autre, même un proche fera toujours mieux ou autrement … et alors ?

Je n’ai pas d idée créative

Alors là aussi stop ! Arrêtez-vous une seconde sur cette pensée. Vraiment ? Vous n’avez pas d’idée ? Jamais vous ne pestez contre un truc mal pensé, un objet qui vraiment devrait avoir été inventé, un pan de mur vide chez vous qui aurait bien besoin d’être habillé ? Une robe qui est pas mal, mais à laquelle il manque un petit je ne sais quoi pour la twister ? … Soyez honnête, et surtout équipez-vous d’un carnet et d’un crayon… et pour 2 euros 50 je vous jure que si on fait le point dans deux mois vous verrez qu’une ou deux pages du cahier sont noircies … Des idées, vous en avez, sauf qu’il faut leur laisser une chance aux idées… C’est comme une plante une idée, ça se cultive, ça se bichonne. Il faut lui laisser la chance de devenir un projet. La créativité ça commence par de toutes petites choses.

Pendant 10 ans je n’ai RIEN produit de mes mains … et puis un jour j’ai fait le point sur les idées qui me restaient mais que je n’avais jamais cultivées … et depuis je ne cesse de l’alimenter. De mon coté je dirais que j’ai entre 5 et 10 bonnes idées par an… ce n’est pas énorme, mais vous le voyez sur mon instagram, ca suffit à beaucoup m’occuper !

Je ne fais que les courses préparatoires après je ne passe pas à l’action

Encore un travers de nombre d’entre nous, non ? Moi la première, je vous rassure … On a envie, on entre parfois dans les magasins de loisir créatifs, voire même on va aux salons dédiés … et on fait chauffer notre CB … on achète un petit bout de tissus par-ci, une jolie perforatrice par-là … des rubans, un joli papier … Le shopping DIY ça nous connait … Par contre, je ne vous dit pas la tête de notre atelier ou de ce qui en tient lieu … et au final le montant du budget investi pour remplir nos tiroirs de projets qui dorment … C’est ce que j’appelle le : « je veux, je ne peux » … Petit bain d’endorphine lors de l’achat, et puis, ça me suffit ! Le projet de faire part, le joli scrap, la petite blouse pour cet été restent à jamais des projets … La créativité passe par la case shopping bien souvent mais attention à ne pas s’en tenir là !

J’ai longtemps subi ce phénomène et ce printemps j’ai réagi. Mon conseil : avec le carnet ci-dessus, vous achetez aussi un agenda. Et hop, on inscrit : dimanche aprem, je découpe le patron de mon nouveau Burda. Bref, je planifie ma vie créative et je bloque un créneau … eh oui, comme au bureau, mais cette fois vous avez rendez-vous avec vous-même ! Ce genre de RDV on n’annule pas au dernier moment non ? Courage, donc, et on passe au point suivant.

Je dois d’abord ranger mon atelier

La belle excuse. Avouez ? Combien de fois vous vous l’êtes servie celle-là ? Je n’ai pas d’endroit pour travailler, tous est en désordre … Pire : il faudrait que je fasse le ménage d’abord … Alors là, rien de tel pour finir sur le canapé à zapper sur Pinterest pour regarder ce que celles qui ont la chance d’avoir un 18 pièces pour créer ont bien pu faire depuis la dernière fois ! Vous souriez ? … On a toutes la flemme de s’y mettre et, sauf exception, jamais un vrai endroit idéal pour bosser … et quand on en a un, rassurez-vous, on lui trouve toujours un défaut rédhibitoire.

Mon atelier de poterie n’a pas de fenêtre ouvrante… sans verrière toute hauteur que puis-je faire ? Je vous le demande ! Allez, soyons sérieuses, on passe bien l’éponge sur la table de la cuisine tous les jours pour mettre le couvert. La table de la cuisine, c’est l’endroit idéal pour se mettre à travailler quand on a un petit appartement … Ne rêvez pas, ce n’est pas parce que la machine à coudre trône sur une table en permanence qu’on coud plus souvent… Non, elle prend juste plus la poussière ! Croyez-moi ! Alors vous n’avez pas de table de cuisine ? Ah bon ? Quant aux bric-à-brac de nos matières premières : tissus, boutons, petits bouts de tout et n’importe quoi … ça se case sans problème dans des boites à chaussure ou des caisses en plastique de stockage.

Donc on résume … Pour être vraiment dans une démarche créative, il nous faut : un carnet, un crayon à papier, un agenda, une table et une boite à chaussure… jusqu’ici, ça ira ?

Quand j’aurai le temps, cet été, aux vacances, quand je serai à la retraite !

Alors là, c’est mon coté angoissée de la vie qui file trop vite qui parle… La créativité, c’est MAINTENANT les mamans ! Franchement, soyons honnêtes. En vacances … on farniente, on lit, on bulle, à la rigueur, on va suivre un stage … mais je ne connais PERSONNE qui pose un congé pour coudre un chemisier ou pour enfiler des perles au sens littéral ! Mais, parce que je sais bien que PERSONNE non plus n’a la chance d’avoir des journées de 72 heures, je vous livre le secret : il faut MORCELER.

Je ne sais pas faire, il faudrait d’abord que je prenne des cours

Encore un joli mentra bien négatif ! Et, en France, de toutes façons avec ça en tête, on est tranquille ! Je ne connais pas de meilleur moyen avec notre principe de fonctionnement basé sur l’année scolaire même pour les adultes de ne RIEN faire avant juin … Voire, si on oublie de se lever à l’aube ou de camper sur le trottoir pour avoir une hypothétique place aux atelier municipaux, avant deux ans ! … Cruelle certitude de l’expérience vécue… Eh bien non ! ll existe de petits ateliers, des artistes, des créateurs, qui ouvrent leur porte même en janvier ou en avril, oui ! … Zaichik, par exemple ! il suffit de DEMANDER …

Non, votre programme n’est pas figé sur l’année scolaire des enfants et vous n’êtes pas obligée de vous inscrire pour toute l’année en poterie ou en macramé jusqu’à ce que mort s’en suive ! Rien de tel pour tuer la créativité que de s’imposer des ateliers auxquels on va en trainant les pieds.

Je ne sais pas par où commencer

Allez, on touche au but, et moi, je vois arriver la fin de ce post en mode de profession de foi … Vous me suivez toujours ? Vous avez votre carnet, et vous regardez en arrière, et, miracle, quelques idées de créa vous semblent bonnes à sauver … Par où commencer ?? Allez, je partage avec vous ma méthode de travail … récemment mise au point, je le confesse. Je gribouille un croquis innommable de mon projet… Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement dit le diton … Ce qui doit un jour advenir se dessine ajoutè-je …

Même totalement moche, votre dessin vous fait toujours immanquablement poser les bonnes questions. Comment ca va tenir ensemble ? Et là, la jonction entre ça et ça, comment ça peut le faire ? … Et ensuite, quel matériaux… Après, on déroule le fil. Quelle est la technique nécessaire, le matériel et les fournitures ? Et on coche : j’ai/ j’ai pas, je sais faire/je sais pas faire. Qui sait faire ? Qui peut m’apprendre ? La créativité c’est un jeu d’équipe aussi.

Je commence, mais je ne suis pas satisfaite et je casse tout

Vous avez commencé, vous avez passé l’éponge dans la cuisine, sorti la machine à coudre ou les pinceaux, dessiné, découpé … Bref, une première ébauche trône sous vos yeux. Et là, paf! Le regard critique, votre méchant surmoi des cours de philo de terminale, la vieille tante acariâtre qui sommeille en vous reprend le dessus : c’est moche, c’est raté… ça n’ira jamais… la honte! Et hop, on casse tout! On détricote, on déchire, on jette !! NOOOOON … Dernier secret que je partage : ayez une boite dédiée pour mettre de coté les projets qui partent de travers… un véritable purgatoire … je vous garanti que 15 jours après vous prendrez une décision plus éclairée. Et je ne connais pas de projet qui finisse à la poubelle s’il passe d’abord par cette boite magique de la temporisation …

 

En conclusion, PERSEVEREZ ET TENEZ LA RAMPE ! CREER est une aventure haute en émotion … Euphorie, découragement, lassitude, procrastination … toute la palette de nos travers et qualités trouve à s’exprimer dans cet exercice. Mais je vous GARANTI que vous en sortirez sur-dopée et hyper boostée. Cette belle joie que vos créations vous donnent, surtout, vous pourrez ensuite la partager avec ceux que vous aimez. Non seulement en les gâtant de cadeaux faits-main, mais surtout parce qu’une maman heureuse est une maman généreuse, disponible, une compagne de vie glamour et à  l’écoute, une amie qui vous booste … bref la wonderwoman que vous rêvez d’être … parce que vous avez enfin osé et pris le risque de laisser s’exprimer VOTRE créativité.

Et si vous avez un petit coup de mou … vous savez où trouver mon atelier ! Calinothérapie et activités manuelles originales et personnalisées en tous genres garanties ! Tous les freins à la créativité par lesquels vous passez je les combats d’arrache-pied mais ensemble on est plus fortes ! 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Partagez-vous ces questionnements ? Avez-vous d’autres raisons qui vous freinent ? Quelles sont vos stratégies pour résister ?